« Si l’uniforme pouvait parler… »

« Bien qu’épouse d’officier, je n’avais jamais vu autant de militaires dans une ville qu’en arrivant à Goma.  Hommes de troupe en patrouille, observateurs militaires, membres d’Etat Major… circulant en uniformes, armés ou non, dans de gros 4X4 blancs.  En 2010, j’ai pris une photo du personnel du quartier général de la MONUC à Goma : 20 officiers de 8 nationalités.  Tous dans des tenues de camouflage aux couleurs et motifs différents.  Leur point commun ? De visu : un simple écusson bleu clair.  Mais aussi, je l’ai découvert, des souhaits et des frustrations… »

–> Pour lire la suite, cliquer ici.

Pole Institute est un Institut Interculturel sur la Région des Grands Lacs dont le siège se situe à Goma, en RDC.

En 2014, leur équipe m’a donné la chance d’écrire et de publier ce texte que j’ai par ailleurs lu durant leur colloque.

Capture d’écran du site de Pole Institute

Une belle opportunité qui a donné lieu à de beaux échanges et à une publication sur le site de Pole Institute (voir lien plus haut), puis ensuite à une traduction en allemand et à une publication en version papier et en version électronique dans le Journal « taz ».

Ce qui m’a touché particulièrement, ce sont les retours sur ce texte, entre autres de la part de ces militaires trop souvent réduits au silence.

Comme mon poème « Je veux écrire » l’exprime, selon moi, les mots ne servent pas qu’à jouer :  ils ont un sens, en donnent un à des réalités ignorées, et offrent la parole aussi à celui qu’on n’entend pas ou qui se tait.

Maryse Grari

 

Pour préférer aux certitudes, les questionnements. Pour être un pont entre des visions ou des continents.